J. HESKA

341 pages
Editions Seconde Chance (mai 2012)

Quatrième de couverture

lutter

Le système financier mondial vient de s’écrouler. Il ne s’en relèvera pas, plongeant toute une civilisation dans le chaos. 

Lawrence Newton a accepté sa destinée. Il a renoncé à ses espoirs, à ses convictions, et à l’amour de sa vie pour suivre les traces de son père au sein du consortium HONOLA. 
Samson Bimda est le chef d’un village au nord de l’Ouganda. Les semences OGM vendues par la compagnie ruinent ses champs et ne lui permettent plus d’assurer sa subsistance. 
Clara, Hakim et Louise sont trois militants au sein du mouvement écologiste GreenForce. Au hasard d’une de leurs actions, ils tombent sur des documents compromettants qui vont modifier radicalement la face du monde.

À la veille du plus grand sommet européen déterminant l’avenir de millions de personnes, chacun doit défendre ses intérêts, quitte à en payer le prix le plus lourd.

Après le succès de Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir, J. Heska revient avec un thriller haletant au final explosif qui vous plongera dans les coulisses glaçantes des multinationales, des ONG, du monde financier et politique, où les apparences se révèlent souvent trompeuses... Un roman que vous n'êtes pas près d'oublier !

Mon avis

Dans un avenir proche, très proche, le système financier s'effrondre. La couverture (parfaite !) en fait foi : mais ce n'est pas l'€uro qui est en feu, mais aussi la £ivre sterling et le $ américain, enfin tout s'effondre, comprend-on dans les premières pages. 

Le livre commence par la fin : on connaît la fin dès le début, comme chez Columbo. Mais oui, mais non. Tant et si bien, que vous relirez les premières pages quand vous lirez les dernières. J. Heska est fort, il a pesé ses mots. Parce que tout au long du livre, on découvre (ou pense découvrir) des réponses à ce qui se passe dans les premières pages.

Et vous comprendrez le système financier : pas de mot compliqué, tout est expliqué !

L'ONG GreenForce ainsi que les actions et implications (je n'en dirai pas plus) m'ont rappelé Le parfum d'Adam de Jean-Christophe Rufin.

Quelques remarques :
- page 279, la Manche, la mer, prend un M majuscule ;
- "pallier à" est impropre (pages 189 et 271) ;
- "a minima" comme toute expression latine ne prend pas d'accent sur le A, comme "a posteriori" 'page 136) ;
- "douleur" est féminin (page 329).
- un A4 (page 230) est très rare, sans doute est-ce un M4, beaucoup plus commun (oui, je suis pointilleuse, mais j'apprécie quand ce que je lis est bon !).
(Monsieur l'auteur : qui aime bien, châtie bien).

Mais.... on retrouve Gribouille, la chatte déjà présente dans Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir, dont on parle justement, lors d'un bulletin d'informations, comme d'une nouvelle secte (page 64). Question : Gribouille est-il le nom de la chatte de l'auteur, que l'on peut voir sur son profil facebook ?

Petite question : "ensuqués" (page 230) : je ne suis pas sûre que les nordistes aient compris le cagnard qu'il y a dans ce mot, non ?

A part cela, le livre va à toute allure : ramasser sur moins de trois semaines, avec des retours en arrière (bon, accessoirement, les retours, c'est toujours en arrière, jamais en avant, mais l'expression est ainsi) éclairant les évènements actuels.

Même si je me doutais de la taupe (oui, je procède à une analyse des personnages !!!!), je me demandais comment elle procédait.

Bref : un auteur à suivre ! Mais à lire dès aujourd'hui. Un suspense haletant. Et qui pourrait être d'actualité...

Bravo ! Bonne et longue route à cet auteur.

D'autres avis, toujours positifs chez Serge Léonard, Miss Bouquinaix, Alex de Mot-à-Mots et George, toutes deux tentatrices (et à l'origine d'un LV) !

Le site de l'auteur est ici.

livre voyageur

  Challenge Thrillers Polars Liliba chez Liliba (6/12)