SAN ANTONIO

188 pages
Editions Fleuve Noir (1954, édition de 1995)

Quatrième de couverture
s_r_nadeVoilà maintenant que le boss me fait prendre les patins de ses amis ! Il faut reconnaître que le turbin qui échoit sur la tête de son pote est de first quality !
Jugez plutôt : son fils va être cravaté de chanvre incessamment et peut-être avant par la justice britannique. Je vêts l'habit ecclésiastique pour rencontrer le condamné. Brusquement, je sens que ce mec est innocent.
Une drôle de sérénade en perspective !

Mon avis
Dernier jour pour ce challenge proposé par Fattorius il y a 360 jours...s_r_nade_0
J'aime beaucoup la couverture de l'édition de 1995. Pour le plaisir, celles de 1954, 1968, 1972 et 1974 (je trouve celle de 1995 très moche !).

Je cherchais Céréales Killer (dont le titre m'a toujours fait rire) et je tombe sur celui-ci, la couverture m'attire, la queue de la souris en forme de clef de sol ; le titre me fait penser à Pavane pour une infante défunte, pièce pour piano composée par Maurice Ravel en 1889.

s_r_nade_bisDe la gouaille à toutes les pages !
Des souvenirs remontent... je me rappelle les polars achetés avec mon grand-père sur le marché, dans un camion aménagé, spécialiste des livres d'occasion [pour info (et vous vous en fichez royalement), ce camion roule toujours... et les livres sont organisés comme il y a 25 ans... ce camion est sur le marché de Gardanne (Bouches-du-Rhône) toutes les semaines !].s_r_nade_ter

On y cite un écrivain de polars : l'Anglais Peter Cheyney (1896-1951), qui créa le personnage de l'inspecteur Lemmy Caution (en 1936), du FBI qui parle slang et (en 1938), Slim Callaghan, enquêtant à Londres.

Lu très vite, en moins d'une journée.
s_r_nade_quartSan Antonio se rend chez les rosbeefs dont il ne cause pas la langue et là, c'est un déchaînement de mots argots, titis parisiens, des inventés [d'ailleurs, la dernière page de ce livre fait la promotion d'un dictionnaire San Antonio, avec "quelque 15 500 entrées" : "Depuis Rabelais, aucun écrivain de langue française n'a pu prétendre, autant que San Antonio, être parvenu à forger un langage qui lui soit propre [..]"], d'autres qui datent, reflétant l'époque : Non, Bath n'est pas si bath que ça (page 91). Aurait-on besoin d'un dictionnaire ? Non, quasiment pas, car le contexte permet de comprendre le sens (exemple, hors contexte, la deuxième citation est plus difficile à comprendre, si vous avez besoin d'un dictionnaire, veuillez consulter votre petit Robert [et pas les roberts !]).

Le haut-parleur d'Orly aboie dans le bar. Il dit aux voyageurs pour London de se manier la rondelle because le zoiseau à roulettes ne va pas tarder à mettre les adjas (page 21).

Elle est choucarde, c'est vrai. Elle se fait calcer comme une reine, c'est vrai encore, pourtant faudrait pas qu'elle se mette à me jouer la sérénade en permanence. Y a le bouillavage d'un côté - et d'un bon côté -mais y a aussi le turbin (pages 92-93).

OK, ça date. Mais la verve de Frédéric Dard (et de San Antonio) est intemporelle.objectif_pal_2
Ce n'est peut-être pas le meilleur San A, mais on passe un très bon moment !

Fattorius, dans les temps !

san_antonio