Veronica ROTH

463 pages
Editions Nathan
Insurgent (2012)

divergente 2Quatrième de couverture
Le monde de Tris a volé en éclats. La guerre a dressé entre elles les factions qui régissent la société, elle a tué ses parents et fait de ses amis des tueurs. Tris est rongée par le chagrin et la culpabilité. Mais elle est divergente, plus que tout autre, elle doit choisir son camp. Et se battre pour sauver ce qui peut encore l'être.

Mon avis

insurgentCe pistolet n'est pas malfaisant par nature. C'est juste un instrument (page 223).
Ce n'est pas l'arme qui est dangereuse, mais l'usage qu'en fait la personne.

Tris, Tobias, Jeanine, Marcus, Peter, Christina, Tara, Caleb et Uriah sont de retour.

Une seule phrase pour résumer : Traîtrises à gogo !
La guerre est déclarée, les factions se rebellent/s'emportent/attaquent (enfin, surtout les Erudits)... Qui trahit ? Et pourquoi ?

Bref, haletant, on ne perd pas une seconde, cela va très vite, encore plus encore que dans le volume 1. Ce que je regrette, qu'il n'y ait pas un court rappel des factions et des personnages, car j'ai lu ce livre il y a plus d'un an et demi et je ne me souvenais pas de tous et toutes. Et il va me falloir patienter encore longtemps avant la sortie en VF du troisième tome, prévu à l'automne 2013 et pas encore annoncé chez l'éditeur... Le décor a bien été planté dans le 1, ici les évènements s'enchaînent et on prend du plaisir à la lecture.
Le film tiré de Divergente est annoncé pour le 9 avril, je serai curieuse de le voir et de savoir si cela reprend la trilogie ou juste un ou deux volumes...

C'est Tris qui narre l'histoire, donc tout au long des dialogues, nous avons des "me semblé-je", "lancé-je", "crié-je", "soufflé-je", "demandé-je", "dis-je" et autres. La forme pour les verbes du premier groupe finit par sembler étrange et répétitive (comme pour "conclus-je") (surtout quand on le dit à voix haute).

J'avais lu le premier volume en 2012 : Divergente.

Rappel : les symboles des factions : Film Divergente (sortie : 9 avril 2014) (source : http://www.nopopcorn.fr/, ici)