Aujourd'hui, nous avons prévu : du repos... (hum !) et des oreillettes (après être partie à la recherche d'huile pour la friture....)

(recyclage de billets de mon blog Anges ou Démons ?)

En période calendale, nous préparons aussi des oreillettes : qu'es aco ?

Wikipédia précise : Ce type de beignet existe dans de nombreuses régions françaises, généralement plus épais et moelleux : à Bordeaux, en Gascogne, on les appelle des « merveilles », à Lyon, des « bugnes », à Nice des « ganses », à Nantes, en Vendée, enAnjou, en Poitou des « bottereaux », des « tourtisseaux » ( ou encore des « foutimassons », des « croquignolles »), en Auvergne, des « guenilles », en Lorraine, des « corvechets », en Alsace, des « roussettes », ailleurs encore des « rousseroles », des « bugnettes » ou des « bougnettes », des « nouets » ou des « nouettes », des « roubigneaux », des « pognons », des « fantaisies », des « garrifes » ou simplement des « beignets de carnaval ».

 

OREILLETTES

oreillettes
(photo téléchargée de Yahoo Images)

 

Recette de ma maman 

250 g de farine
1 œuf
75 g de beurre
- ½ verre d’eau
un peu de sel
1 c. à café d’eau de fleur d’oranger (ou 2 petits verres de rhum)
sucre glace. 

Manier tous les ingrédients ensemble (si la pâte est vraiment trop épaisse, rajouter un peu de lait).
Quand je double les quantités, je mets un troisième œuf.

Faire une pâte homogène et la laisser reposer au moins 1 heure.

Après ce temps, l’aplatir au rouleau en lui donnant l’épaisseur « d’un gros sou » , puis, avec un coupe-pâte ou un emporte-pièce large (ou plus simplement un couteau) faire des losanges, des carrés ou des ronds (avec un petit verre).

Faire frire à friture chaude (huile d’arachide ou type ‘isio 4’).
Sortir avec une écumoire, déposer sur du papier absorbant, puis dans un plat et les saupoudrer de sucre glace. 

Ces oreillettes peuvent se manger chaudes ou froides et se conservent 5 à 6 jours dans une boîte en métal.

Sauf si des petits gros gourmands passent par là…

challenge livres gourmands Syl chez Syl.