Ida HATTEMER-HIGGINS

399 pages
Editions Flammarion (31 août 2011)

Quatrième de couverture
histoire histoireMargaret, jeune femme torturée, se retrouve un jour déguenillée, tremblante et complètement perdue, en lisière de forêt aux alentours de Berlin. Elle n'a plus aucun souvenir, ni de la veille, ni des mois précédents. Deux ans plus tard, la jeune femme commence à avoir d'inquiétantes hallucinations : elle voit Berlin déformée, personnifiée. Des fantômes d'anciens nazis apparaissent aux balcons, les immeubles deviennent des formes de chair, d'os et de sang, un faucon à tête de femme la guette d'un air menaçant... Ida Hattemer-Higgins nous parle de l'amnésie, du défaut de mémoire, qu'il soit individuel ou national. Elle nous parle d'oubli, de déni, de mythes et de rédemption. Un premier roman inoubliable, écrit par une jeune femme prodigieusement douée.

Ida Hattemer-Higgins est née à Cincinnati, dans l'Ohio et a grandi à Boston, Massachusetts. Elle a étudié la littérature allemande et chinoise à New York avant de partir s'installer au Japon, en Inde, en Suède et enfin à Berlin, où elle a travaillé comme guide et traductrice. Elle partage désormais son temps entre Berlin et Moscou. L'histoire de l'Histoire est son premier roman.

Mon avis

Lu... fin août... Merci Catherine.
Une couverture angoissante, me faisant penser aux Oiseaux d'Hitchcock. Remarquez comme sont écrits les mots "histoire", l'un en miroir de l'autre, ce qui traduit l'ambiance du livre... L'histoire de Margaret existe en miroir, dans un monde à l'envers...

Cette jeune femme, suite à une perte de mémoire, se retrouve à se plonger dans le passé du pays dans lequel, binationale, est vit ; mais n'est-ce pas dans son propre passé, dans l'histoire de sa famille qu'elle se plonge ?

Qu'en dire ? Je me suis demandée où j'allais, au fur et à mesure de ma lecture, que j'ai trouvé longue et fastidieuse. Bref, ai-je aimé ou pas ? Et bien... l'idée de départ est intéressante, l'écriture fine, pointilleuse, mais j'ai trouvé cela long... Dommage, lesa périodes historiques (le nazisme, après la chute du mur de Berlin), les promenades dans Berlin, les personnages historiques croisés (Magda Goebbels, Rachel, une juive et sa famille), les oiseaux présents dans le livre qui perturbent plus encore Margaret, tout concourt à accroître l'angoisse de Margaret. Mais que vient faire Erich, le concierge de l'immeuble au milieu, il passe, repasse, je n'ai pas compris son apport, réel, mais bon...

Je rédige ce billet plus de deux mois après avoir terminé ma lecture et qu'en dire ? Un livre bien écrit, mais dont il ne me reste plus grand-chose...

Merci à Catherine, qui a été secouée par ce livre (clic).
Et le billet de ClaudiaLucia qui a poursuivi sa lecture  "non sans mal" (clic).

N.B. : Ce livre voyage, si vous êtes intéressé(e), faites-moi signe

rentrée litt
chez Herisson (5/7)