Hervé MESTRON

62 pages (juillet 2011)
Editions Symétrie

Quatrième de couverture
villa margueriteJe l'entends chanter sous la douche et mon sourire s'éteint brusquement tandis que mes oreilles se bouchent. Cristina chante faux. Au début, j'ai cru à une erreur de transmission du larynx, mais non, c'est comme ça jusqu'à la fin, c'est horrible, et elle continue de brailler en se gargarisant avec le shampooing. Je me suis toujours juré de ne jamais épouser une fille qui chante faux. C'est la cata. Je ne comprends pas, une poétesse qui chante faux, c'est comme un curé qui bégaie pendant la messe. La déception est si grande que j'ai envie d'un hamburger aux oignons. Là, tout de suite. Comment lui dire ? Comment vais-je m'y prendre pour mettre un terme à notre union ? Quels mots pour lui expliquer que non, ce n'est pas possible, que c'est définitif. En même temps, on ne largue pas la mère de ses futurs enfants pour une défaillance vocale.

Hervé Mestron est né en 1963 à Valence. Après de brillantes études musicales, il joue comme altiste dans des ensembles modernes et baroques. Il entreprend ensuite d'écrire des romans qui mêlent le noir et le monde de la musique, comme La Sonate dans le caniveau (Climats 1996) ou Résilience d'auteur (Après la lune 2007). En 2005, la critique musicologique salue un roman biographique consacré à Chrétien Urhan et à la viole d'amour, La Passion selon Urhan (Symétrie 2005). Il a publié également une vingtaine de titres pour la jeunesse, dont Le Violoncelle Poilu (Syros) et Embrouille à la cantine (Archipoche, prix des Jeunes lecteurs 2010). En 2009, Hervé Mestron a été lauréat de la Villa Marguerite Yourcenar. Il revient en 2010 au polar avec Crucifix et Crustacés (polar en poche). Il est également scénariste et auteur de nombreuses fictions pour France Inter.

Mon avis

Un très court roman : 58 pages !
Déjanté ! (tiens, cela me fait penser à François THOMAZEAU et David G.F. KAPELL).

Un musicien quitte son orchestre pour s’accorder une année sabbatique. Il part dans le nord… dans les Flandres, à la frontière belge, à proximité de Bailleul, dans une maison destinée aux artistes et ce, pour quelques jours. S’ensuit une aventure rocambolesque qui débute avec la perte de Denise (sa contrebasse).
Dès les premières pages, comme un leitmotiv, revient un combat entre une blatte et un camembert…

En bref : amusant !

Une remarque typographique : les « t » imprimés après un « s » ou un « c » : un « t » avec une tilde devant : cela surprend au début de la lecture, puis on s’y habitue.

Cette série s’intitule « le musicos », Hervé MESTRON a écrit trois autres ouvrages dans cette série, chez le même éditeur, Symétrie. Et, grâce à une table publiée après la table des matières, j’apprends que c’est un auteur prolixe aux titres plus amusants les uns que les autres : Eva te faire voir, Prise de bec au Québec, Crucifix et crustacés… (voir aussi ci-dessus).

Un court roman, parfait pour être glissé dans le sac à main (ou dans la poche, du fait de son format), qui permet de passer un moment sympa.

Merci aux agents litt et aux Editions logo symétrie pour cette découverte littéraire !
(cliquez sur les logos pour accéder aux sites)

ma participation au challenge de la rentrée des "autres" éditeurs

challenge agents litt 

 

 

 

 

et au challenge musical d'Anne challenge-Des-notes-et-des-mots-4