Simon HUREAU

151 pages
Editions La Boîte à Bulles

Quatrième de couverture (enfin revers de ladite quatrième)
(présentation tronquée par mes soins)
intruSuite au décès de son grand-père adoré, Martial découvre sans le vouloir un bien curieux « héritage » : une valise bourrée de vieilles clés à remettre à un certain Félix Larose et une boîte remplie de lettres d'amour rédigées par un certaine Georgette Blizard résidant à Magnat l'Etrange. Mis à la porte par sa compagne et passablement désoeuvré, Martial met le cap sur ce petit village de la Creuse où il espère retrouver non seulement Georgette mais également Félix. Une bourgade rurale comme tant d'autres si ce n'est que sa population semble toute entière hostile à l'un d'entre eux, récemment sévèrement passé à tabac.

Mon avis

Un pur régal ! Rien que le titre donne envie de s'y plonger.

Je ne sais si c'est ce que l'appelle un roman graphique (du fait du nombre de pages), mais un plaisir de bout en bout !

Et une dédicace " A mon Papi ".

Je ne suis pas, loin s'en faut, une spécialiste de la BD, ni même une adepte !

Un jeune, suite au décès de son grand-père va vider son appartement. Là, il se souvient : les dessins sont alors flous, comme pour montrer que le passé est toujours un peu flou et il va à la recherche de l'auteur des lettres, au fin fond de la France.
Des dessins en noir et blanc, de toutes tailles, enfermés ou pas dans des cases, des visages expressifs, même s'il y  a peu de traits, la touche de fantastique qui apporte un peu de piquant, une raison supplémentaire à Martial pour enquêter.
Le héros apparaît parfois comme en dehors, comme s'il voyait les évènements du dehors, sans y participer (ce qui est la cas, d'ailleurs).
Des secrets de village, des secrets tout court, une fort jolie découverte ! 

Merci à toi, MO' du Bar à BD (une référence en bd) pour m'avoir fait découvrir cette bd !
Elle en parle mieux que moi ici et nous donne sa recette : Prenez une bonne dose de sentiments, une curiosité aiguisée et un petit bled perdu sur le Plateau de Millevaches. Mélanger le tout jusqu’à obtenir un soupçon de quiproquos, une bonne dose d’humour et une lichette de fantastique. Recouvrir et laissez reposer une heure. Vous pouvez servir l’album à température ambiante, la dégustation n’en sera que meilleure et la digestion fameuse !

Et le billet de Catherine qui bien aimé aussi est .

voici donc ma bd du mercredi , initiée par Mango

(pour David Foenkinos : il y a des Pez à Paris, Martial en a une collection (alors que c'est introuvable dans La Délicatesse))