Valentin MUSSO

381 pages
Editions Le Point (mai 2011)

Quatrième de couverture
ronde des innocentsRaphaël est assassiné dans les montagnes pyrénéennes : on le retrouve torturé, les mains liées, au bord d'un sentier. Son frère Vincent reçoit peu de temps après une mystérieuse vidéo et découvre, stupéfait, que l'ancien rebelle, apparemment assagi, cachait une épouse et un fils. La voix de Raphaël, inquiète et oppressée, donne un éclat étrange à ces images. Il supplie : « Protège-les. »

« Un premier roman haletant, qui allie les techniques des grands maîtres du genre et une plume formidable. »
Madame Figaro.

Mon avis

Après avoir découvert cet auteur et eu un coup de coeur pour Les Cendres froides, j'ai lu La Ronde des Innocents : un décor de montagne, Nice (tiens, région de l'auteur !), une évaluation en aveugle (clic) qui l'a très bien noté : bref, parfait pour quelques jours de vacances (bon, en vacances, je suis très occupée, je lis peu).

Une question : page 231 : "un rapport a rendu publique une infime partie [...] : pas plutôt "rendu public" ou "un rapport a rendu une infime partie publique [...]" ?

Comme dans Les Cendres froides, mais moins, le prof de lettres transparaît un petit peu, à travers quelques citations et j'apprends ainsi que le mot école provient du grec scholè ; un tour sur wikipedia m'apprend que le loisir ne se traduisait pas par l'oisiveté, mais par « la liberté d'échapper aux travaux productifs pour pouvoir se consacrer à des tâches plus élevées comme la politique (ta politika ou affaires de la cité), l'étude ou l'enseignement » (L. Migeotte, L'Économie des cités grecques, éd. Ellipses, 2007, p. 26) ou encore que innocent vient du latin innocens, "celui qui est incapable de faire le mal".

Après la mort de Raphaël, le décès d'un lycéen surdoué à Nice : deux enquêtes (je me doute vite du lien...) qui se rejoignent, d'autres passages (très courts) dans la région provençale (comme pour Nice, je situe ben !)un processus qui s'accèlère jusqu'à une fin très...rapide !

Une écriture maîtrisée, documentée, qui donne un thriller de très bonne facture (j'ai toutefois préféré Les Cendres froides, peut-être à cause de l'Histoire avec un grand H) avec une petite pointe de surnaturel (?) qui oriente vers une possibilité, le tout donnant envie d'en savoir plus, de continuer à tourner les pages (mais bon, parfois, il est temps d'éteindre la lumière pour dormir, ah, flûte, on doit dormir ? c'est un besoin physiologique, dommage, j'aimerai bien lire plus).
Effectivement, un thriller prometteur, un auteur à suivre !

J'attends son troisième livre avec impatience.

Mon billet sur Les Cendres froides, son second livre, lu en premier ici.

Le billet de Sophie ici, celui d'Eskalion de Passion Polar où encore celui de Pimprenelle ici.
Et l'avis enjoué du libraire de George : Gérard Collard de la Griffe Noire ici !

Challenge de Cynthia thriller cynthia, catégorie "Crains dégun" "Même pas peur" !