Jean-Louis MARTEIL

397 pages
Editions La Louve (octobre 2010)

chairQuatrième de couverture
Mai 1221. Un échafaudage s'écroule : deux morts (dont une poule imprudente). Le vent a tué, prétend aussitôt la rumeur... Un architecte meurt noyé et étranglé (ou l'inverse), et l'eau a tué... Un artisan est étouffé par une poignée de terre, et la terre tue à son tour... Un incendie criminel et meurtrier se produit, et l'on accuse le feu... Ce que nul ne peut imaginer, en revanche, c'est qu'il existe un cinquième élément et qu'il commande peut-être à tous les autres... Mais que pourraient en connaître le capitaine Mord-boeuf; le tavernier Tranche-tripe, le routier Tape-buisson ou le gabarrier Rince-fût, et autres personnages qui, pour être parfois fort inquiétants et dangereux, n'en sont pas moins complètement loufoques ? Sur fond d'humour (noir évidemment), situations burlesques et dialogues absurdes se succèdent ici, tandis que le drame se joue et que le maître des Enfers rôde, à la recherche de proies...

Jean-Louis Marteil est également l'auteur de la trilogie La Relique, L'os de frère Jean et Le vol de l'aigle, chez le même éditeur.

Mon avis
Très tentée par Keisha... des morts, au Moyen-Age... que dire de plus ? (ah si, cela aurait pu se passer en Scandinavie !)

Qu'en dire ? Truculent, savoureux, goûteux ! Des expressions fleuries... (un exemple ici) je me suis vue retourner sur les bancs de la fac, lorsque je me passionne pour la vie quotidienne au Moyen-Age (ok, presque, le même Moyen-Age, je préfère le Haut Moyen-Age... Pépin-le-Bref, Charlemagne, etc.).

Une histoire qui semble embrouillée, où le divin/satan intervient,où l'on parle beaucoup d'argent, de croyances, de place des femmes...

J'ai mis du temps avant de commencer de lire ce livre, mais une fois dedans, impossible à lâcher !

Bonne lecture !

borborygme, gonfanons, déciboulé, fêdes, irouler, se faire crapuler, espier, cagne, désembouscailler, rustaud, soudard, esbaudir [ah que j'aime ce verbe !] etc., mots que l'on retrouve, entre autres mots, dans ce livre dont je me suis délectée.