Mathias MALZIEU

151 pages
J'ai Lu (2006)

maintenantQuatrième de couverture
" Comment on va faire maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi ? Qu'est-ce que ça veut dire la
vie sans toi ? Qu'est-ce qui se passe pour toi là ?
Du rien ? Du vide ? De la nuit, des choses de ciel,
du réconfort ? " Mathias, une trentaine d'années mais une âme d'enfant, vient de perdre sa mère. Sans le géant qu'il rencontre sur le parking de l'hôpital, que serait-il devenu ? Giant Jack, 4,50 mètres, " docteur en ombrologie ", soigne les gens atteints de deuil. Il donne à son protégé une ombre, des livres, la capacité de vivre encore et de rêver malgré la douleur... Il le fera grandir. Mathias Malzieu nous entraîne dans un monde onirique, intimiste et poignant, dans la lignée d'un Lewis Carroll ou d'un Tim Burton.

Mathias Malzieu est le chanteur du groupe Dionysos. Après un recueil de nouvelles très remarqué, 38 mini westerns, il signe ici son premier roman.

Mon avis
J'ai mis comme catégorie "poésie" car c'est une ode à sa mère que le chanteur de Dyonisos a écrit ici. De la poésie pour évoquer la douleur, l'absence cruelle.
On croise l'autre chanteur du groupe, Cyrz. Mélange de personnages réels et de poésie.
Un mot créé : "assomnifères": bien trouvé.
Même la couverture est poétique...

En bref : un pur moment de poésie (bien que triste)
A lire (absolument).

Merci Pascale pour ce livre_voyageur (son billet ici) et celui d'Astrid (ici).

Extraits :

page 34 : J'aime les livres qu'on peut mettre dans les poches, trimballer, aimer, prêter, corner, donner, racheter pour relire ses passages préférés. [oh oui !] C'est un acte important pour moi d'échanger un livre qu'on aime.

page 40 : Je prends mon assomnifère et j'ouvre le premier livre que m'a donné le géant. Il ressembleà un vieux grimoire, mais format poche. La couverture est aussi épaisse et rugueuse que l'écorce d'un arbre. Je le manipule comme j'aime le faire avec mes livres fétiches. Passer le plat de la main dessus, l'ouvrir, le fermer, le feuilleter en accéléré à l'aide du pouce, m'arrêter au hasard sur une page,lire un passage, goûter les mots comme on trempe le doigt dans une sauce et renifler l'odeur du papier tout neuf [je le fais tout le temps !] ou tout vieux, de la colle aussi, entre les pages.