Serge QUADRUPPANI

160 pages
Editions Métailié (2003)

Livre_voyageurPremier livre voyageur (ex aequo avec deux autres, tous les trois reçus en même temps !) envoyé par Astrid (voir son billet ici) et qui va s'envoler vers Mélusine (Lis-tes-Ratures).

la_nuit_de_la_dindeQuatrième de couverture :

24 décembre au soir, le père Noël sonne à la porte des Boutonnier, les enfants sont ravis, surtout les jumeaux.
En fait, le père Noël prend en otage la famille du directeur de la banque et ses invités.
Mais que cherche vraiment cet ancien dirigeant d'une société de sécurité, qui depuis neuf mois a utilisé toutes ses capacités techniques pour surveiller le groupe de personnes réunies autour de la dinde ? Compte-t-il réellement dévaliser la banque au petit matin ou bien veut-il soumettre les convives à un pervers "jeu des cadeaux" qui leur fera avouer leurs secrets les plus honteux et les dressera les uns contre les autres ? Finiront-ils déchiquetés par les bombes que le père Noël leur a collées au corps ou bien Jeanne, l'enfant trop sérieuse, leur sauvera-t-elle la vie avec l'aide des amis imaginaires qui peuplent ses rêves ? Un roman à suspens à l'intrigue solide et au charme insidieux.

Serge Quadruppani est né en 1952 près de Toulon. Traducteur de l’anglais et de l’italien, il est également auteur d’essais et de romans. Il a publié aux Editions Métailié : Rue de la cloche, Y, La Forcenée, Les Alpes de la lune et Corps défendant.

Mon avis :
J'ai profiter d'aller au ski pour lire (6 livres en 6 jours, dont un de 480 pages !).
J'aime les polars.

Quand je lis, je colle une note repositionnable (post-hit!) à la fin et munie d'un stylo, je note mes commentaires au fur et à mesure.

Une chose m'a gênée : le langage "oral", familier, voire vulgaire, alors qu'il n'a pas lieu d'être [et pas seulement parce que je fais la chasse aux gros mots au quotidien !].

Une faute d'impression, passée inaperçue à la relecture : page 66 : la charcutièreS.

J'ai appris un mot : l'aboulie : définition de wiki*pedia : L’aboulie (du grec ἀϐουλία / aboulía, composé du préfixe privatif ἀ- (a-) et de βουλή « volonté ») est un symptôme psychiatrique qui se traduit par une incapacité à exécuter les actes pourtant planifiés, et une grande difficulté à prendre des décisions.

Les descriptions sont détaillées et parfois imagées... parfois même longues (trop !) Exemple : page 60 : Le libraire se coupe un  morceau de dinde, le pique au bout de sa fourchette, glisse sur les dents de métal un bout de chou rouge et un débris de marron et abandonne le tout dans l'assiette pour répondre.

Extrait : page 29 : Elle bloque le paquet du haut qui, tel un électorat contemporain, glisse dangeureusement à droite. Ecrit après avril 2001 !

Bref : Personne n'est ce qu'il est.
J'ai aimé, mais le vocabulaire et les descriptions apportent deux bémols.
Même s'il y a du suspense jusqu'à la dernière ligne ! Et quel suspense ! Haletant !

(livre lu en voiture... en montant au ski !)