Tatiana de Rosnay

Poche, 2008
403 pages
Sarah's Key, roman traduit de l'anglais par Agnès Michaux.

sarahDescription de l'éditeur
Paris, mai 2002. Julia Jarmond, journaliste pour un magazine américain, est chargée de couvrir la commémoration de la rafle du Vel’ d’Hiv. Au cours de ses recherches, elle est confrontée au silence et à la honte qui entourent le sujet. Au fil des témoignages, elle découvre, avec horreur, le calvaire des familles juives raflées, et en particulier celui de Sarah. Contre l’avis des siens, Julia décide d’enquêter sur le destin de la fillette et de son frère. Soixante ans après, cela lui coûtera ce qu’elle a de plus cher.

Paris, le 16 juillet 1942 : la rafle du Vel’ d’Hiv’. La police française fait irruption dans un appartement du Marais. Le petit Michel, paniqué, se cache dans un placard, et sa grande sœur Sarah, dix ans, l’enferme et emporte la clef en lui promettant de revenir. Mais elle est arrêtée et emmenée avec ses parents...

Mon avis
Une histoire du souvenir...
Bien écrit, bien documenté : l'implication de la Police française (ce qui ne veut pas dire que tous les policiers étaient impliquées), des sources, des recherches qui rendent cette histoire telle un témoignage.
Histoire prenante, difficile à lâcher.
Mais comme Alex : les personnages sont quelque peu caricaturaux, etc. Vision américaine de la France et de son histoire (bien/mal, gentil/méchant, ...) et la fin, tellement attendue... ce qui a quelque peu gâché mon plaisir. On pouvait s'attendre à quelque chose de mieux de la part d'une écrivain américaine résidant en France...
Comme pour Le Canari d'Hitler (billet ici), livre très documenté qui éclaire par un roman un pan de l'Histoire.

L'avis enchanté d'Astrid (clic) et celui plus nuancé d'Alex (clic)

objectif_pal(voir ici)