Ce livre, rien que le titre, m'interpellait : je l'ai donc acheté peu après sa sortie (rare... j'attends que le livre sorte en poche, sinon, je serai ruinée !) et j'ai lu, lu, lu, et j'ai enfin attaqué ce livre (au moment où il sortait en poche !)

Daniel PENNAC

chagrin_d__colePrésentation de l'éditeur
- Un livre de plus sur l'école, alors ? - Non, pas sur l'école ! Sur le cancre. Sur la douleur de ne pas comprendre et ses effets collatéraux sur les parents et les professeurs (amazon.fr).

Chagrin d'école, dans la lignée de Comme un roman, aborde la question de l'école du point de vue de l'élève, et en l'occurrence du mauvais élève. Pennac étudie cette figure du folklore populaire en lui donnant ses lettres de noblesse, en lui restituant aussi son poids d'angoisse et de douleur. Le livre mêle les souvenirs autobiographiques et les réflexions sur la pédagogie, l'institution scolaire, le jeunisme dévastateur, le rôle de la télévision.... L'auteur de la saga des Malaussène nourrit son propos d'exemples cocasses ou touchants et replace la notion d'amour, si farouchement controversée, au coeur de la relation pédagogique (alapage.fr)

Qu'en dire ?

Je suis un peu partagée...
Excellent ! Il devrait être lu par tous les enseignants et ceux qui s'apprêtent à le devenir !
Livre sur le cancre et sur cette étincelle/ces quelques rares professeurs qui sont allés "la substantifique moelle" chez lui.
Mais...
Livre sur le professeur qu'il est devenu, bien, puis bof, puis bien, bon, on est où là ?
Ce n'est ni un roman, ni un essai, ni une autobiographie. C'est quoi ? (je n'ose répondre une hagiographie... mais il s'en envoie des fleurs M. D. Pennachioli !).
Cela est dérangeant, comme ces chapitres courts (prof/parents/élèves) On dirait des gros pos*t-i*t mis à la suite les uns des autres. On parle de ceci, de cela, on revient à ceci.
Cette partie m'a, comment dire, gonflée ! J'ai ralenti mon rythme, alors que je dévorais les premières pages le sourire aux lèvres car Daniel Pennac sait écrire, a la verve.
Cet ouvrage a reçu le Prix Renaudot... Ah... Pourquoi ? Cette "publicité" a sans aucun doute faussé mon jugement... je m'attendais à mieux.
Puis, les dernières pages : à nouveau un régal ! Plus de baisse de régime... La voiture a grimpé la côte et c'est dorénavant tout plat : à fond les manettes !

Donc : assez partagée, disais-je.
A lire par profs, parents et enfants : tout espoir n'est jamais perdu !